CMP : comment améliorer le taux de consentement ?

“Accepter tout”, “personnaliser” ou encore “tout refuser” : les fameuses CMP (Consent Management Platform) font de nouveau parler d’elles. Depuis le 1er avril 2021, la CNIL peut sanctionner les éditeurs de site qui suivent leurs visiteurs sans consentement explicite. Qu’il s’agisse des termes employés, du moment auquel est proposé le consentement ou son retrait, une vraie réflexion stratégique autour du consentement doit être menée pour garantir et préserver les bonnes faveurs de vos visiteurs.


Données personnelles : la conformité a tout bon !

Souvent perçues comme un frein aux stratégies marketing, les CMP peuvent au contraire constituer un vrai avantage pour bien réaliser votre marketing digital et vous permettre de gérer facilement le stockage des consentements pour vous assurer une conformité. L’objectif est simple : obtenir le consentement qui doit être libre, spécifique, éclairé et univoque. Autrement dit, l’éditeur doit permettre à chaque visiteur d’accepter ou non le partage de données personnelles, pour une meilleure expérience utilisateur.


Certains éditeurs, dont le site Le Monde, ont ainsi fait le pari d’un “cookie wall”, une technique qui consiste à demander le consentement à l’utilisateur afin de pouvoir accéder aux contenus.

BEYABLE_CMP_LeMonde-V3

 

D’autres éditeurs font le choix d’une contrepartie attrayante pour l’internaute, qui peut bénéficier d’avantages fidélité en donnant son consentement. A la clé pour l’annonceur : une meilleure connaissance client.

Dans les faits, on peut espérer qu’une stratégie de consentement mieux rodée peut permettre d’obtenir un taux de consentement de l’ordre de 80%. Dans les faits, cela implique de :

  • se doter des bons outils : assurez-vous que la solution adoptée stocke le consentement et permette à l’utilisateur de revenir sur son choix premier ;

 

  • analyser les données du consentement : après les outils vient l’étape de suivi des indicateurs en lien avec le consentement comme le taux d’optin global, les optin par catégories (emailing, remarketing, etc.) ;

 

  • optimiser en continu l’UX des bandeaux CMP : que l’utilisateur soit sur desktop ou sur mobile et à chaque moment de la navigation, la possibilité de faire un choix doit lui être proposée. Afin de trouver la meilleure UX, n’hésitez pas à tester les éléments du bandeau ainsi que les textes pour identifier, de façon itérative, la meilleure configuration.

L’UX du bandeau consentement : la clé pour le partage choisi de certaines données personnelles 

En matière d’obtention du consentement, la partie se joue en particulier sur l’UX. Le bandeau CMP doit être proposé rapidement à l’utilisateur, quel que soit l’appareil sur lequel il effectue sa visite, et rester accessible tout au long de son parcours de navigation. On s’assure ainsi que le design soit travaillé pour faciliter la compréhension à l’utilisateur et que les propositions soient claires et les plus exhaustives possibles comme le conseille l’équipe UX du laboratoire d’innovation de la Cnil (LINC).
Jusqu’ici, certaines marques et médias pouvaient être tentés de ne pas jouer le jeu en proposant à leurs utilisateurs d’accepter les cookies ou de configurer leurs préférences.

Aujourd’hui, il n’est plus question de débattre autour de ce sujet : votre objectif est d’inciter vos utilisateurs à faire un choix rapidement, car l’absence de choix équivaut à un refus du consentement.

Pour ce faire

  • Evitez les bandeaux trop discrets et optez pour la réassurance en cherchant la meilleure façon de leur expliquer les options qui s’offrent à eux.
  • Soyez vraiment pédagogue pour expliquer votre démarche et aider vos visiteurs à la comprendre, à évaluer votre demande : ils vous accorderont davantage leur confiance et donc leur consentement s’ils comprennent ce que vous allez faire de leurs données personnelles.
  • Sur un ton humoristique, il est même possible d’expliquer à un utilisateur refusant le consentement qu’il peut revenir sur son choix et bénéficier, par exemple, d’avantages lors de sa prochaine navigation, etc.

 

BEYABLE_CMP_Beyable-V3

 

Jusqu’ici mal maîtrisées et plutôt mal aimées par une majorité d’éditeurs de site, notamment parmi les médias et les marques, les stratégies d’obtention et de gestion du consentement sur un site web pourraient pourtant dès aujourd’hui constituer un nouveau rouage de la relation client. Meilleure connaissance des préférences des visiteurs, meilleur ciblage, moins de dépendance à des acteurs tiers tels que Facebook ou Google : le consentement est une occasion rêvée pour renforcer et aussi réinventer un contrat de confiance avec vos visiteurs et lecteurs, c’est-à-dire avec votre communauté.

 

Vous souhaitez améliorer votre taux de consentement ? Contactez un expert BEYABLE !